L’handicap psychique

La notion de handicap psychique a été retenue dans la loi du 11 février 2005 dite loi sur le handicap. Il se distingue du handicap mental de la façon suivante : le handicap psychique, secondaire à la maladie psychique, reste de cause inconnue à ce jour (alors que le handicap mental a des causes identifiables). Il apparaît souvent à l’âge adulte alors que le handicap mental apparaît lui à la naissance. Les capacités intellectuelles sont indemnes et peuvent évoluer de manière satisfaisante. C’est la possibilité de les utiliser qui est déficiente. La symptomatologie est instable, imprévisible. La prise de médicaments est souvent indispensable, associée à des techniques de soins visant à pallier, voire à réadapter, les capacités à penser et à décider.

SASHA : association pour l'enfance handicapée

Le handicap psychique est la conséquence de diverses maladies :
• les psychoses, et en particulier la schizophrénie (désorganisation ou dissociation -perte de l’unité psychique-, délire paranoïde -perception erronnée de la réalité-, symptômes déficitaires ou négatifs avec une diminution des réactions émotionnelles et apparition de troubles cognitifs ;
• le trouble bipolaire (trouble maniaco-dépressif) ;
• les troubles graves de la personnalité (personnalité « borderline », par exemple) ;
• certains troubles névrotiques graves comme les TOC (troubles obsessionnels compulsifs).

Découvrez les autres handicaps

Publicités